Dream-Storming :: SEGA Legacy :: SegaKore :: SEGA GALAXY BOARD ::

Who is online?

Partners


Par

Les musiques remixées des jeux vidéo

/!\ Articles, walkthroughs and tips are only in french /!\

Historique

Depuis ces 40 dernières années, l'électronique a fait un formidable bond en avant, qui continue encore. De nouvelles technologies apparaissent, toujours plus précises et sophistiquées

Sans retracer un historique complet, le phénomène des jeux vidéo se développe en même temps, car si on peut travailler sur une machine, on peut aussi s'amuser et inversement.
Les premiers jeux n'étaient pas des chef d'œuvres de beauté mais de technique et de programmation. Pong, space invader, pac-man, frogger, asteroïd... et bien d'autres encore.
Mais le début de cette épopée a commencé avec des petits jeux vectoriels où tout était imagé, symbolisé par des traits ou de petit graphismes peu élaboré. Quand au son, qui lui-même n'est pas venu tout de suite, on se contentait de faire retentir des « beep-beep » sur le même ton.
Fortes de leurs premiers succès, les entreprises d'électronique (à cette époque on parlait difficilement d'éditeurs de jeux vidéo) consacrèrent de plus en plus de temps, d'argent et d'énergie pour créer de nouveaux jeux, plus beaux, plus rapides, plus intéressants : bref plus passionnants.

Les jeux vidéo ont suivit un peu le processus du cinéma, c'est-à-dire qu'au début, il n'y avait que des formes qui bougeaient sur un écran, et pas de son ou de rares bruitages fait par l'ordinateur. Puis, comme pour le cinéma muet, est venu le cinéma parlant, les jeux vidéo « muet » (c'est-à-dire à peine quelques bruitages) est venu le jeu vidéo avec quelques mélodies.

Les créateurs de jeux l'ont bien vite comprit : la musique « habille » beaucoup mieux un jeu, comme au cinéma. On peut mieux exprimer des émotions ou appuyer une situation, si elle est gaie, triste, tendue...
C'est ainsi que l'on demandait en plus de programmer un soft, d'être capable d'encoder de petites mélodies pour accompagner le jeu.
Les programmeurs de l'époque étaient polyvalents, mais c'est à ce moment que l'on commençait à voir des programmeurs « spécialisés » dans une branche précise.
Mais avant les années 80, une sorte de « guerre » faisait rage, les jeux vidéo sur console ou sur ordinateur ? A cette époque il n'y avait pas exactement de standard, de référence. Il y avait des PC, des macs, mais d'autres choses encore (PC de NEC, MSX...).
L'essor des musiques dans les jeux vidéo s'est prit donc à ce moment là, avec par exemple le célèbre Commodore 64 (dit l'empereur des 8 bits) ou bien l'Atari VCS ou la 2600 qui lui précède.
De plus en plus de musiques sont créées, pour plus de suspense, d'adrénaline... Plusieurs sont restées dans la mémoire et le c?ur des joueurs.
La crise des jeux vidéo durant les années 80 changea la donne. Et pourtant c'est à ce moment que Nintendo arrive avec une console nommé Famicom (« Familly Computer », nom japonais de la NES pour l'Europe) et arrive à conquérir le marché qui pourtant était dévasté, et s'installe sur le trône pour longtemps.
Tous ses concurrents tentent par des progrès techniques de rivaliser et de dépasser Nintendo, qui s'accroche bien (malgré une technique commercial ; « à la disney » qui ne fait pas que des heureux).

Tout cela a permis de voir fleurir des jeux magiques, enivrants, des univers fantastiques... et des musiques magnifiques !
A chaque nouvelle génération de console, son lot d'innovation dans tout les domaines. Celui dont nous parlons se voit avec plus de canaux, plus d'espace alloué, des chipsets prévus à cet effet, plus de ton, de moyens de jouer sur les sons et les harmoniques.
Et grâce à l'évolution d'Internet, les fans du monde entier peuvent dans ce « village planétaire » discuter entre eux de leur passions, monter des sites, des projets...
C'est ainsi que depuis environ une dizaine d'années, est apparu un nouveau phénomène : le remix.

le phénomène du remixing (ou remix)

En soit, l'idée du « remix » n'est pas nouvelle. Les reprises ou les remakes en musique ou au cinéma se font très souvent. Aussi bien entre les langues et les cultures. Les Américains ont souvent fait des remakes, basé sur des films français ou autre. La musique c'est pareil.
Mais alors quel est le rapport avec les jeux vidéo ?
Simple : l'idée est semblable aux reprises, on « récupère » une musique ou une mélodie d'un jeu qui nous a plu, et grâce aux moyens techniques actuel, on en fait une nouvelle musique, avec bien entendu les mêmes notes, mais pas forcément avec le même style.
Ainsi on peut faire « revivre » d'anciennes mélodies qui ont bercé nos parties de jeux endiablés et donc notre jeunesse. Cela permet donc de jouer sur la nostalgie, mais aussi de faire découvrir des perles musicales aux jeunes générations. Donc on « remixe » des musiques existantes. Voila pourquoi quand on parle d'un remix, on parle d'une composition musicale revue d'un jeu vidéo.
Le phénomène existe depuis les années 90, mais était assez peu courant. Seul quelques DJ osaient reprendre une mélodie précise d'un jeu pour faire danser les foules (durant la vague « dance »). Mais des surfeurs se sont mit à faire leurs propres remixes... et se sont rassemblés en communauté (l'unité, Jaurès s'est tué à le dire. ?).
Ainsi naquit plusieurs groupes, pour faire revivre des mélodies d'antan.
Même s'il existe plusieurs sites, à l'heure actuelle, les deux plus grosses communautés sont celles de OverClocked Remix, et de VGMix.
Sans entrer dans les détails, VGMix est issu de Overclocked Remix, car il y a eu un clash entre des membres, et certains sont partis.
Maintenant il n'y a plus de problèmes entre eux, ils ont le même but : faire des remixes, mais la façon est différente. C'est comme le journal « Le Monde » et « Libération », ils n'ont pas la même ligne éditoriale, mais le même but : informer les gens par support papier.
Vous savez, des deux cotés il y a des remixeurs de talent ! Certaines musiques peuvent vous tirer la larme à l'?il ! Je ne plaisante pas car ça m'est souvent arrivé ! ;-)

le remix

Vous l'avez compris au dessus, un remixeur est un créateur de remixes. Pas forcément un compositeur ! Il y a bien entendu des musiciens parmi eux, mais vous n'êtes pas obligé d'avoir fait du solfège pour faire du remix. En revanche il vous faut du matériel, de la patience et de la motivation !
Quand un remixeur a envie de « s'attaquer » à une musique, il commence à chercher l'original. Il a deux moyens : Soit il joue au jeu qui l'intéresse jusqu'à la musique dont il souhaite s'occuper, puis il la mémorise (soit mentalement soit avec un appareil).
Puis, ayant bien étudié cette musique, il réfléchit au style qu'il va insuffler dans son remix, ensuite se met à ses instruments (le PC et ses logiciels en font partis) et commence ses tests (la longue phase de recherche).
A force de tâtonner, de demander conseil, d'essayer. Il parvient à en faire un mp3 ou un ogg.
Il a alors la possibilité (s'il le souhaite) de soumettre son remix à une ou plusieurs communautés. Et si celle-ci est bien jugée, alors le remix est diffusé à grande échelle, à partir d'un site web.
Ainsi le public peut, après téléchargement, se délecter de nostalgie et de sons.
Mais vous l'avez lu plus haut, le remixeur choisi un « style ».
En effet, le but d'un remix n'est pas de recréer au son près l'original, mais d'en faire une autre « mise en scène ».
Molière, Shakespeare et bien d'autres auteurs ont écrit des ?uvres. Mais la façon de les jouer est toujours différente, car le metteur en scène place sa vision de l'?uvre. Et bien pour le remix c'est pareil. Le remixeur « met en scène » (ou en son) sa vision de la musique qu'il remixe.
C'est ainsi que l'on peut parler de plusieurs style, car vous ne l'ignorez pas, il y a en musique tout court, plusieurs styles : classique, jazz, rock, dance, house, trans, rap, reggae... et j'en passe et des meilleurs ! Sans compter que en plus du style, vous avez le moyen de le faire par différents instruments, orchestre, solo d'un instrument (piano), par ordinateur...
En somme, le remixeur créé un nouveau style pour la musique qu'il fait revivre. Il peut s'il a aussi envie y mettre des paroles, chanter. Tant que la musique est issu d'un jeu vidéo : tout est permis. Dans la limite déontologique quand même ! Donc pas de propos raciste, xénophobe etc. L'étiquette et la netiquette ça existe aussi !
Nous nous retrouvons ainsi avec une possibilité supplémentaire, une musique qui pourtant a déjà été remixée, peut l'être de nouveau dans un autre style !
Bien que nous soyons sur support informatique, la musique électronique (bien que prépondérante) n'est pas la seule ! Sur une seule musique, on peut voir plusieurs styles. Jazz, dance, rock, soft...
Ainsi, il est toujours passionnant d'écouter ces styles car on y trouve toujours quelque chose à découvrir, une mélodie qui varie et qui pourtant reste la même dans ses notes. On entend des subtilités, de nouvelles choses, des accords.
Par ce biais, beaucoup de personnes peuvent exprimer leurs « créativités » (mot à prendre au relatif puisqu'ils se basent sur quelque chose d'existant) ou leurs visions. Et certains remixeurs prouvent leurs talents. Tous les citer serait inutile, et vous pouvez vous-même les découvrir en surfant sur les sites, mais par exemple Djpretzel, McVaffe, Analoq, Destiny (pas confondre avec le notre ;-) ),Disco Dan, Sefiros, Gecko Yamori, GrayLightning, JAXX, NoppZ, Protricity, Rayza et bien d'autres ;-)
Certes ce dossier a pour but de rendre hommage aux jeux vidéo et à leurs musiques magiques, mais aussi à ces personnes qui entretiennent ce feu et nous émerveillent... par nos oreilles ! ;-)
Il est à noter aussi dans cette partie, l'apparition des « projects ».
Les projets sont une forme un peu spéciale de remix. Il s'agit en faite de remixer toutes les musiques d'un jeu, et de les diffuser en une seule fois sur internet. Donc un groupe de remixeurs se forme et durant une période indéterminée (généralement un an et demi) ils se répartissent les musiques du jeu qu'ils ont choisit et les remixent. Ils forment donc le « projet » de remixer un jeu entier, et n'ont pas le droit de diffuser leurs travaux tant que le projet n'est pas accomplie, car le bémol du monde du remixing est que les musiques apparaissent sur les sites web au compte-goutte.
Le défaut est que l'on doit attendre longtemps avant de voir « sortir » le projet.
L'avantage est que l'on profite de plein de remixes sur un même jeu, sur la même période. Ce qui permet de longs moments d'écoute. D'ailleurs les projets sont souvent proposé de façons à les graver sur CD, pour pouvoir les écouter sur des chaînes Hi-fi classiques. Il y a donc une liste numérotée, et on peut imprimer les jaquettes pour le boîtier du CD
Il y a à l'heure actuelle peu de projets en cours ou terminé, mais c'est logique, car cela mobilise plusieurs remixeurs sur un travail long. Et comme ceux-ci font ces choses gratuitement et par passions (c'est un hobby, ils ne sont pas payés), ils réfléchissent à deux fois avant de se lancer, car il y a des impératifs à respecter. Et l'inspiration est une chose qui se commande et se mobilise difficilement.

Comments

No comment at the moment

Add a comment

To post, you have to be a MyGuardiana's member!