Dream-Storming :: SEGA Legacy :: SegaKore :: SEGA GALAXY BOARD ::

Test

Screenshots

 

Who is online?

Partners

Magical Game Factory

Test Pulseman (Mega Drive)



par destiny
Platform Mega Drive
Developer Game Freak Inc.
Year 1994
Genre Action
Players 1
Consult game informations in the MDG-Database
/!\ Articles, walkthroughs and tips are only in french /!\
C’est un fait, la Mega Drive dispose d’une palanquée de jeux d’action de qualité. On songe immédiatement à Gunstar Heroes, Contra IV, Alisia Dragoon et j’en passe. Dans l’ombre de ces références se tient Pulseman, jeu développé par Sega et Game Freak, société qui s’est rendue immensément célèbre avec les adaptations en jeu vidéo de la série Pokémon.

Pulseman. Vu le nom, il ne peut s’agir que d’un héros bien kitsch. Son truc, ce n’est ni les biscotos, ni gadgets bizarres, ni même un sens surdéveloppé ou une intelligence lumineuse. Lui, c’est le virtuel, les 0 et 1. Notre personnage en collant noir a la faculté de traverser les mondes réels et virtuels. Sa mission consiste à déjouer les plans de l’obscur docteur Waruyama, résidu maléfique du créateur du héros. Pour faire simple, Pulseman empreinte beaucoup à Megaman, sur la forme. Dans le fond, les modèles de référence sont plutôt Sonic et Gunstar Heroes.

Pulseman se présente sous la forme d’un jeu d’action classique. Une fois le jeu introduit dans la console, vous avez le choix entre trois niveaux, respectivement le Japon, l’Inde et les USA. L’aventure compte sept stages, tous relativement longs à défaut d’être corsés. Le cinquième comprend d’ailleurs un petit labyrinthe. Nous évoquions une ressemblance avec Sonic The Hedgehog, ci dessus. Ici, pas de Dash, mais Pulseman peut se mettre en boule et rebondir contre les murs ou le sol. C’est assez rigolo. Il suffit pour cela de charger son pouvoir en accélérant. Les esprits bagarreurs préféreront donner des coups de poing à distance. Sans cela, les mouvements du héros sont assez communs. Il est à noter que certains passages nécessitent de se mettre en boule pour traverser un espace vide dans un mur. Les scientifiques vous le diront, la théorie du chaos n’est parfois pas très loin.

Pusleman est vraiment rythmé et varié. En cela, il s’inspire assez de Gunstar Heroes. La mise en scène est parfois honteusement pompée sur le hit de Treasure. Plate-forme, action, boss (dont un est carrément importé de Sonic), s’introduire dans des fils électriques, traverser des murs, c’est un fait, Pulseman sait faire des choses. Il se prend même pour bille, star d'un petit casse brique qui intervient entre chaque stage. A voir ! Le jeu est globalement assez agréable, même si certains passages sont laborieux.

Techniquement, attention, ce programme est complètement inégale. C’est assez incroyable de voir que le pire, le plus cheap et le plus laid côtoie des décors fabuleusement colorés, nets et précis. Je veux bien que l’histoire place parfois le personnage dans un monde virtuel, mais c’est pas une raison pour réaliser une atroce mosaïque en guise de sol, le tout sur fond noir. L’animation n’est pas non plus irréprochable avec quelques ralentissements aisément perceptibles. En ce qui concerne la bande-son, là, je dois avouer accrocher sérieusement. Le mélange « mélodie de jeu vidéo » et « high-tech » est très réussi. Sachez d’ailleurs que ces musiques sont l’œuvre du papa des mélodies des jeux Pokémon. Moi, j’en connais qui sont marqués à vie, par celles sur GameBoy Color. Le jeu compte aussi quelques voix digit’ pas forcément exceptionnelles mais qui soutiennent une mise en scène souvent bien pensée. A ce titre, les petits flash infos dans lesquelles les aventures de Pulseman sont relatées, sont exquis.

Pulseman, qu’on se le dise, est un bon jeu. Maintenant, loin de moi l’envie de hisser cette production au niveau d’un Sonic, d’un Megaman, d’un Gunstar Heroes. Il n’en a ni l’étoffe, ni les qualités. Le niveau de finition, assez bancal, trahis ce que l’on aurait pu imaginer comme un incontournable. Uniquement sorti au Japon, le jeu trouvera néanmoins son public, grâce à ses faux airs de Rockman et son gameplay sympathique.
Avatar de destiny
Test de destiny - Publié le 03/03/07
Graphic
La note n’est pas évidente a attribuer compte tenu de l’écart qui existe entre les niveaux les plus soignés et le reste. Pour un jeu de 1994, on a vu pire, dans l’ensemble.
Animation
On note des ralentissements pas forcément honteux, mais bien perceptibles. Le scrolling est assez rapide lorsque vous êtes en boule. Un bon point.
Soundtrack
Elle est d’une qualité très satisfaisante. Les thèmes Hi Tech s’imbriquent bien dans le jeu.
Gameplay
Bien qu’inspiré de Sonic The Hedgehog 2, le gameplay est assez original. Se mettre en boule et rebondire contre les murs offre des passages très particuliers, aussi amusants que chaotiques.
Lifespan
Pour un jeu d’action, Pulseman est assez long. Les stages comportent pas mal de sections et les crédits du jeu sont limités.
Replay Value
Histoire de refaire les phases bonus de casse brique, on pourra être tenter de refaire le jeu. M’enfin ce ne sera pas le cas de la majorité des joueurs.
Interest
Pulseman mérite le coup d’œil. Maintenant, si vous ne voulez que la crème, prenez plutôt Gunstar Heroes et les Sonic, histoire de retrouver une partie des ingrédients du jeu.
Moyenne de la presse: 70% Moyenne des membres: 85%

Comments

Currently, 2 comment(s)
deug21 @ 21/03/07, 12h34
Avatar de deug21 Pulseman ? Ouais déja testé , cool mais j'en suis pas fana .
Myau @ 05/03/07, 16h18
Avatar de Myau Personnellement, je trouve que Pulseman est un vrai hit ! Un vrai jeu de plate-formes avec tout ce qu'il faut. Long, pas toujours facile, de nombreux objets cachés dans les murs et une ambiance techno-flashy unique !!!
Ce jeu a été programmé par les mêmes auteurs que Magical Talulûto Kun et ça se voit ! Même styles de graphismes à base de gros blocs pour les premiers blans et une maniabilité identique malgré de nouvelles fonctions.
J'adore aussi la séquence journal télévisé et les nombreuses voix digitalisées que l'on entend.

Add a comment

To post, you have to be a MyGuardiana's member!