Dream-Storming :: SEGA Legacy :: SegaKore :: SEGA GALAXY BOARD ::

Test

Screenshots

 

Who is online?

Partners

Magical Game Factory

Test Exile (Mega Drive)



par destiny
Platform Mega Drive
Developer Riot (Nihon Telenet)
Year 1991
Genre Action-RPG
Players 1
Consult game informations in the MDG-Database
/!\ Articles, walkthroughs and tips are only in french /!\
Exile est un savant mélange d’action et de RPG. Bien que ce dernier propose des phases d’action en scrolling horizontal, la présence de villages à visiter, d’items à collecter et de personnages à rencontrer, en font un jeu à la frontière des genres. Parmi les titres ayant le cul entre deux chaises, on pense par exemple au mythique Actraiser de Quintet (SFC/Snes). Et hop, une petite comparaison sournoise pour inciter chacun à poursuivre la lecture. =)

Ce titre est issu des studios de Renovation, équipe à l’origine de Sol Deace par exemple. Renovation reste avant tout un gros éditeur pour le marché américain. Cette société adapta des titres tel qu’Ys III~Wanderers From Ys, les Valis, El Viento ou encore Gaiares, sur le continent de l’oncle Sam (avec parfois des covers bien crades). Exile est d’ailleurs disponible en version américaine, ce qui rassurera les non japonisants. En effet, le scénario recèle quelques subtilités, voyons cela de plus prêt !

Depuis toujours, les hommes furent attirés par le pouvoir. Ce désir d’avidité trouva sa plus tragique expression dans la guerre. Les différentes nations se livrèrent de nombreuses batailles dans le but de conquérir, pillier et dominer les territoires voisins. C’est ainsi qu’une nation plus puissante que les autres émergea et exerça sa domination sur le monde. Celle ci fut cependant anéantie après une révolte menée par Sadler, le chevalier errant des sables (rien que ça !). La paix fut donc retrouvée après l’intervention de notre puissant combattant. Seulement, les forces militaires de Luciel ont fait éclater cet équilibre en menant une nouvelle offensive. Un homme se dresse face à Luciel, Sadler est de retour. Ah, chouette histoire, n'est-il pas ? Si j’affectionne autant la série Exile, c’est en partie grâce à son héros, le très philosophique Sadler. Le charisme de ce personnage (qui n’est pas sans rappeler Gatsu de Berserk ou Ken de la série Hokuto no Ken) suffit à capter l’attention du joueur.

La réalisation d'Exile est assez vieillotte. Les décors sont pauvres et simplistes, sans pourtant tomber dans la suprême laideur. Les villages manquent cruellement de détails, preuve évidente de la paresse des développeurs. Allez hop, un sprite grossier en guise de villageois, un batiment réalisé à la va-vite, le tout sur un fond vert histoire de simuler du gazon...il n'en faut pas davantage pour que le staff s'estime satisfait. Dommage, il y a fort à parier qu'Exile serait entré dans la postérité s'il avait été plus soigné. On va pas refaire l'histoire, mais quand même...

Le soft regorge néanmoins de qualité, à commencer par son gameplay. La progression se fait par l’alternance de phases d’exploration dans les villages et de phases d’action pure en scrolling horizontal. Ceci confère au jeu une certaine originalité (bien qu’Exile ne soit en rien un précurseur dans le genre). Vous devrez donc pulvériser les monstres qui se mettent en travers de votre chemin. Les stages proposent des objectifs variés, ce qui empêchent l’odieuse sensation de monotonie caractéristique de quelques jeux d'action. Vous devrez tantôt retrouver un personnage, un item, massacrer un boss ou encore traverser un stage. Cette simplicité rend Exile accessible même dans la langue de Musashi. Pour sûr, on ne bloque qu’en de rares occasions.

Servi par une ambiance « antique » abordant un univers subsaharien en passant par le Japon féodal ainsi que la Grèce, Exile promet un voyage complet et simplement plaisant. La bande-son de qualité contribue largement à l’immersion, malgré le caractère répétitif de cette dernière. Exile est un choix judicieux pour qui sait apprécier un jeu typé Action "je tape, j'avance" en incluant un aspect "RPG", véritable cerise sur un gâteau loin d'être dégeulasse. Comme souvent, on peut déplorer une durée de vie trop courte (entre 4 et 6 heures), mais l'excursion Exile vaut le détours.
Avatar de destiny
Test de destiny - Publié le 27/02/05
Graphic
C'est assez moche, enfin presque. Exile est un ton en dessous d'Ys III par exemple, qui n'est déjà pas un modèle de réalisation graphique.
Animation
Inexistante en vue aérienne et assez sommaire dans les phases en scrolling horizontal.
Soundtrack
Quelques thèmes sont franchement bons, d'autres moins. Le jeu existe également sur PC Engine (CD-Rom²). La qualité des musiques y est nettement meilleure.
Gameplay
De bonnes idées dans la progression. Les phases d'action sont peut être un poil rigides.
Lifespan
Pour un RPG, la durée de vie est scandaleusement courte. Si on prend Exile comme un jeu d'action, ça passe déjà un peu mieux. Dans les faits, comptez 4 heures pour en voir le bout.
Replay Value
A moins d'être coincé sur une île pendant 1 an et de n'avoir que ce jeu sous la main, je ne vois pas l'interêt d'y revenir.
Interest
Exile n'est pas une bouse, c'est certain, mais nous sommes très loin du titre incontournable. A réserver à ceux qui aime le RPG, fut-il court et un peu creux.
Moyenne de la presse: 78% Moyenne des membres: 53%

Comments

No comment at the moment

Add a comment

To post, you have to be a MyGuardiana's member!