Dream-Storming :: SEGA Legacy :: SegaKore :: SEGA GALAXY BOARD ::

Test

Screenshots

 

Who is online?

Partners

Magical Game Factory

Test Dune II : Battle for Arrakis (Mega Drive)



par Eacil
Platform Mega Drive
Developer Westwood Studios
Year 1993
Genre Strategy
Players 1
Consult game informations in the MDG-Database
/!\ Articles, walkthroughs and tips are only in french /!\
Frank Herbert et sa fameuse saga de Dune sont connu dans le monde entier, mais que dire des nombreuses versions sur console qui virent le jour et reprennent cet univers enchanteur ? Ici on parle Mega Drive et plus précisément de Dune II : The Battle for Arrakis. Rare sont les jeux de stratégie sur Mega Drive par chez nous, mais ce manque de concurrence n'enlève rien au mérite de Dune II.

Développé par les studios Westwood et édité par Virgin, Dune II sort en 1993 et reprend l’histoire originale qui fit le succès de la série : la guerre pour la possession de l’Epice, une ressource d’une si grande valeur que la planète Arrakis, pourtant dépourvu du charme qui fait qu’une planète est agréable à vivre, devient le théâtre de terribles tensions. En particulier les trois plus grandes Maisons gouvernant économiquement l’Empire. Les Ordos, les Atréides et les Harkonnens se disputent la planète. l’Empereur, criblé de dettes, ne peut faire face à cette querelle. Excédé et sous pression, il inventa un système ingénieux afin de nommer le vainqueur. Les règles sont assez simples. Celui qui, par n’importe quels moyens, récolte le plus d’Epice, devient maître de la planète et peut imposer des taxes à la population...comme ont dit : Qui détient l’Epice, détient le Pouvoir !!

Une fois la cartouche intégrée dans sa Mega Drive, on obtient un écran titre travaillé et propulsant dans l’ambiance Space Opéra de ce monde désertique où il ne pousse aucune végétation, et où l’eau se fait rare.
C'est alors que l'on peut choisir sa Maison, c’est un choix difficile et d'une importance capitale. Les Atréides sont du genre loyaux, travailleurs, nobles justes et prospères, une fine équipe en somme qui séduira plutôt les esprits aimables et que je conseillerais d’ailleurs aux débutants. Les Harkonnens sont tout le contraire : barbares, agressifs et cruels...une bonne Maison pour les joueurs en manque de destruction. Le juste milieu est atteint avec les Ordos qui sont manipulateurs et traîtres. Il y en a pour tous les goûts et tous les styles de jeu, c’est parfait, je prends les Harkonnens ;)

Arrive votre nouveau Mentor, ce guide qui vous expliquera votre mission et vous donnera des conseils pour mieux réussir dans votre conquête des territoires. Et là, il est temps de partir à la guerre pour l’Epice !!
Le jeu se présente en vue aèrienne, et non en fausse 3D mais de la 2D pure et dure. On s’y habitue rapidement même si cette vision plutôt « carré » des bâtiments dérange, une fois que l'on est habitué aux jeux en 3D isométrique. Pourtant le design est plutôt agréable malgré le sable, des dunes (normal, c’est le nom du jeu^^) et les rochers (il faut bien construire quelque part) omniprésents. On note de temps à autre des montagnes, histoire de casser la monotonie. Cela limite considérablement l’environnement graphique même si cela reste secondaire pour un jeu du genre.
Les bâtiments sont réduits à leur strict minimum : de simples figures géométriques avec quelques animations basiques même si le Palais ou le Starport peuvent tout de même impressionner de par leur taille.
Pour les unités, rien de spécial à signaler, les hommes à pieds ressemblent plus à des pucerons qu’à autre chose et l’on prend plaisir à les écraser sous les roues de sa moissonneuse, ce qui est cependant vraiment pratique et plutôt esthétique une fois que de fins pétales de sang s’épanchent sur le sable. Les véhicules sont plaisants à regarder. L'essentiel est sauf !
Le nombre d’unités augmente au fur et à mesure de la progression et après l’infanterie viennent les véhicules au sol et les unités aéroportées. On passe peu à peu du vulgaire Trike au char de siège ou à l’Ornithoptère (un avion de soutien rapproché), ce qui montre une nette progression dans le jeu. A chaque niveau, son nouvel outil de destruction qu’il faudra apprendre à maîtriser sous peine de se faire arrêter sous les murailles ennemies parce que l’on n’avait pas imaginé que celui ci était doté de roquettes. Heureusement, chaque équipe possède en plus de sa panoplie du parfait destructeur, son propre véhicule ainsi de précieux renforts propres à chacun, disponible exclusivement dans le Palais : ce peut être un terrible char sonique pour les Atréides ou carrément une ogive à bombe à fragmentation H355 HS pour les Harkonnens.

Pour ce qui est de l’adversaire et de son intelligence artificielle (primordiale dans un jeu de tactique), je trancherais en disant qu’elle assez élevée, sans pour autant être totalement au dessus de nos forces. Finalement, il est primordial de bien entamer sa partie, sous peine d'être complètement dépassé par les évènements. Les premières parties servent plutôt de tutorial même si une vidéo est incluse dans le jeu pour expliquer les bases, ce qui est un détail intéressant et permet de voir l’étendu des unités que possède Dune. A chaque fin de level, fier d’avoir survécu dans cet univers impitoyable, vous avez le droit à une formation en V d’unités aéroportées qui survolent le terrain de votre victoire. Un code et un rang supplémentaire dans la hiérarchie de votre maison vous sont remis sous les encouragements de votre Mentor (ou son désespoir en cas de défaite^^) et c’est déjà partit pour la prochaine bataille qui sera plus rude encore! La difficulté se fait ressentir et dans le dernier niveau il peut vous arriver fréquemment, pour ne pas dire toujours, de vous prendre une ogive en pleine face, et pour les moins chanceux, de vous la prendre tout particulièrement sur votre chantier de construction, ce qui signe votre arrêt de mort. Dans les derniers niveaux, les parties peuvent durer toute une journée et l’on ne s’en plaint pas car l’envie d’exterminer l’adversaire est la plus forte !

Il ne faut pas oublier un élément clef de cette saga : les Vers des Sables allant à une vitesse de 56km/h. Sachant que le véhicule le plus rapide sur Dune est le Raider modifié des Ordos allant à 90km/h, un Ver de Sable à le temps de manger la plupart de ce qui s’aventure en dehors de votre base. Il adore les moissonneuses et vous vous en mordrez les doigts, vous vous mangerez le bras (au moins) lorsqu'il vous aura engloutit un Devastateur, unité suprême des Harkonnens! Vous l’aurez compris, il vaut mieux vous en débarrasser dès le début. Or un Ver des Sables est ce qu’il y a de plus résistant et bientôt, vous les verrez se mettre à voyager à deux sur la surface craquelée de Dune. C’est agaçant, mais passé ce détail à coups de roquettes, le jeu reprend de son entrain.

Ce qui vous emmènera dans cette aventure et vous insufflera cette douce odeur d’Epice (l’abus d’Epice vous apportera des visons ^^) est cette musique qui court dans vos haut-parleurs. Rapide, elle vous entraînera rapidement dans une frénésie ravageuse. Les commentaires des différentes unités sont dignes d’un Rambo prêt au combat. Pour les effets sonores, le déluge d’explosions en tout genre se déversera dans vos tympans ce qui offre une ambiance apocalyptique à souhait.

En conclusion, Dune II est un hit dans le domaine du tactical. Il est vraiment bien rythmé par la musique qui vous incite à donner le meilleur de vous-même. Il faut jouer vite sous peine de se faire exterminer par l’ordinateur, certains niveaux sont particulièrement difficiles, mais rien de comparable à un Contra: The Hard Corps version jeu de stratégie. Le décor est une sempiternelle avancée de sable troublée par quelques roches ou siège votre base mais cette uniformité dans le paysage s’efface devant le plaisir de mener ses troupes aux combats, et quels combats! Cela fuse de partout étant donné que l’ennemi à aussi ses propres réserves pour vous donner des suées froides.

Si vous voulez un jeu de stratégie demandant de votre part rapidité et réflexion, vous allez être aux anges. En effet, le début de partie repose sur votre capacité à réagir, tandis que la suite propose un combat plus posé et réfléchi. Ainsi une partie avancée dure longtemps et il vous faudra parfois vous réserver votre après-midi pour en voir le bout.
Enfin que ne ferait on pas pour le plaisir de doter Arrakis d’un gouverneur à la poigne de fer sous la bannière de votre Maison toute puissante ?

Graphic
La vue très carrée du dessus permet certes une meilleure précision de manoeuvre mais un RTS en 3D isométrique est tout de même plus beau. Le manque de relief sans compter les éternelles dunes et le manque de renouvellement des décors rend le jeu très monotone d'un point de vue esthétique. L'intérêt est ailleurs.
Animation
Le rendu laisse à désirer. Regardez-moi ces péons qui, pour marcher, ne possèdent tout au plus que deux séquences d'animation si on excepte celle au repos. Moi j'appelle ça des crottes qui marchent. Ecrasez-moi ça avec une bonne grosse moissonneuse !
Soundtrack
Une musique rythmée à défaut d'être totalement dynamique mais en adéquation avec son monde. Sans parler de la voix off qui rajoute un côté un peu technologique à toutes ces plaines primitives sans parler des hurlements jouissifs poussés par les soldats tombés au combat qui, dans leur sacrifice, permettent à l'ambiance de s'installer tranquillement.
Gameplay
Impeccable pour un RTS MD. L'idée d'insérer un tutorial est tout à leur honneur ! Les fonctions sont précises et très simples à gérer, elles ne demandent qu'à ce qu'on les connaisse et le reste s'enclenche tout seul. Il manque tout de même une sélection de groupe, seul point navrant.
Lifespan
Très long, très très long. Il y a trois maisons donc trois fins même si leur finalité à toutes est assimilée rien qu'en finissant le jeu avec l'une d'entre elle. Mais qui irait donc se vanter de savoir sans y être parvenu ? En tout cas, une partie ardue peut durer facilement un bon après-midi détente et on ne demande rien d'autre.
Replay Value
Etant donné que le design est tout juste à la limite du fade (en mode subjectivité ça donne : à la limite du respectable même s'il est impossible de ne pas reconnaître que le tout est complètement dépassé et fort crépissant), l'envie de recommencer une partie provient sans doute du fait que la dépendance à l'Epice est trop forte et peut-être que l'envie de tester les véhicules uniques des différentes maisons y est pour quelque chose. Miam le Devastator des Harkonnens !
Interest
C'est le meilleur RTS de la console. Comment ça, c'est le seul ? Mais non, vous avez mal regardé, il y a plein de RTS japonais très...incompréhensibles !
Moyenne de la presse: 90% Moyenne des membres: 81%

Comments

Currently, 1 comment(s)
jujuisback @ 11/08/06, 21h35
Avatar de jujuisback Le meilleur RTS 16 bits, ça il y a pas à discuter !
Avec des musiques magnifiques.
Je suis trop content de l'avoir racheté il y a peu, aaaahhh quel bonheur!  :p

Add a comment

To post, you have to be a MyGuardiana's member!