Dream-Storming :: SEGA Legacy :: SegaKore :: SEGA GALAXY BOARD ::

Test

Screenshots

 

Who is online?

Partners

Test Shining Force (Mega Drive)



par destiny
Platform Mega Drive
Developer Climax Entertainment
Year 1992
Genre Tactical-RPG
Players 1
Consult game informations in the MDG-Database
/!\ Articles, walkthroughs and tips are only in french /!\
Au royaume du Tactical RPG, il est un roi dont on ne se lasse jamais. Une figure emblématique et charismatique, référence absolue, surplombant fièrement le domaine qui est le sien. Shining Force~The Legacy of Great Intention apporta ses lumières en 1992 au Japon et en 1993 pour le reste du monde. Autant le préciser dès maintenant, on peut difficilement faire plus culte.

Etant un vil flémard, le test de la version Mega Drive arrive donc après celui de Resurrection of Dark Dragon. Effectivement, vous n’êtes probablement pas sans savoir que le jeu en question est passé sous la moulinette « relooking », spectacle qui faisait naguère la fortune des programmes télévisés destinés à la ménagère de moins de 50 ans. Si la version GBA peine à faire parler d’elle après sa sortie (coincée entre Fire Emblem et le très plébiscité Final Fantasy Tactics Advance), la version Mega Drive balaya, en son temps, tout sur son passage. Seul le confidentiel Warsong/Langrisser Hikari conserva une place dans le cœur des joueurs, après l’éblouissant passage du premier Tacical RPG signé Sonic/Climax. Il est difficile de rendre compte de l’aura du soft. Il s’agit du premier Tactical RPG à s’être imposer en Europe. Nombreux sont les amoureux du genre a avoir fait leurs dents sur les rayonnantes aventures de Max. Pour faire simple, Shining Force fait partie du cercle très « select » des RPG cultes de la décennie passée. Il est culte, mais maintenant, il va falloir me justifier.

Shining Force reprend l’univers de Shining in the Darkness. Si vous avez pratiqué ce fameux Dungeon RPG, genèse de la série, vous pourrez apprécier quelques clins d’œil au long de votre aventure (à la manière de Shining the Holy Ark avec Shining Force III). Pour les autres, sachez qu’il n’est toutefois pas indispensable de terminer le soporifique Shining in the Darkness pour apprécier tous les bienfaits du jeu en question. Les aventures de Max prennent naissance sur le continent de Guardiana. Notre héros y mène une vie paisible depuis qu’il fut retrouvé par Lowe. Max était inconscient et n’a depuis aucun souvenir de son passé. Il fut accueilli au château de Guardiana et devint le disciple de Lord Varios qui perçu en lui un potentiel incroyable. C’est ainsi que Max se retrouve chef d’armée après l’attaque des chevaliers de Runfaust. La guerre éclate et vous emmènera bien plus loin que vous ne pouvez l’imaginer.

Personne ne niera le caractère manichéen de l’histoire de Shining Force. Alors que les philosophes de l’ère Xenogears ne jurent que par la complexité du scénario (pas de polémique, le jeu de Square est mémorable, c'est juste autre chose) il est bon de se remémorer les heures passées sur un jeu offrant une histoire délicieusement simple, épique.

Shining Force n’est peut être pas véritablement un précurseur, mais apporta au Tactical un peu de sang neuf. Contrairement à un Langrisser ou Fire Emblem, les phases d’exploration dans les villages sont présentes. Le caractère très « découpé » des softs du genre est ainsi atténué. En outre, Shining Force est relativement simple d’accès. Par exemple, vous pouvez laisser vos personnages mourir en toute impunité (sauf le héros) puisqu’il est peu coûteux de les ressusciter. Les possibilités tactiques sont nombreuses et une certaine marge d’erreur est tolérée. On ne peut ressentir la frustration de perdre bêtement une batailles et de voir débarquer un affreux écran "Game Over". Ici, une fois mort, vous revenez à l'église. Forcément, cela vous coûte une petite contribution de l'ordre de la moitié de votre argent. On ne perd pas le nord, chez les ecclésiastiques.

Le scénario se développe sur les douces mélodies composées par Yoshimura, déjà responsable des musiques de Shining and the Darkness. Autant dire que le résultat est fameux. Les amoureux du jeu peuvent siffloter le thème de leur choix quinze ans après. Malgré quelques sonorités irritantes (certaines musiques ont tendance à monter dans les aigus), notamment lors des phases d’attaque, on ne peut qu’approuver tant de bon goût. Bien que désuet, le jeu conserve un charme incomparable. Son pouvoir d’attraction n’a en rien été ébranlé par le progrès technique. Ceci s’explique assurément par l’ambiance épique qui émane de cette production. Du design aux musiques, tout fut l’objet d’attentions particulières chez les bienfaiteurs de chez Sonic/Climax !

Shining Force est un monument du Tactical RPG doublé d’une attraction majeure de la Mega Drive. Un classique incontournable qu’il faut absolument connaître.
Avatar de destiny
Test de destiny - Publié le 23/05/05
Graphic
Le jeu est bien moins joli qu'un Shining Force II, c'est évident, mais il conserve un certain charme.
Animation
Difficile d'aborder l'animation sur un T-RPG. Les phases d'attaques sont faiblement animées. Sinon, le jeu tourne bien dans son ensemble.
Soundtrack
A voir. Certains vont détester les musiques et quelques sonorité qui montent dans les aigus. Pour ma part, j’approuve.
Gameplay
Le gameplay est excellent et simple avec un système d'icônes. Les stratèges habitués à Fire Emblem seront peut être un peu déçu par la facilité du jeu.
Lifespan
Le jeu offre une durée de vie proche des 30 heures. C'est pas mal pour l'époque.
Replay Value
J'en connais qui ont terminé Shining Force une bonne dizaine de fois. En général, ceux qui l'apprécie ne résiste pas au plaisir d'y rejouer, ne fut-ce que pour sa fin culte.
Interest
Shining Force, c'est LE T-RPG de la Mega Drive.
Guardiana Gold Award
Moyenne de la presse: 93% Moyenne des membres: 90%

Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function Affich_Commentaires() in /home/www/guardiana/htdocs/reviews/md/view.php:312 Stack trace: #0 {main} thrown in /home/www/guardiana/htdocs/reviews/md/view.php on line 312