Dream-Storming :: SEGA Legacy :: SegaKore :: SEGA GALAXY BOARD ::

Test

Screenshots

 

Who is online?

Partners

Magical Game Factory

Test Shadow of the Beast (Mega Drive)



par Eacil
Platform Mega Drive
Developer Psygnosis
Year 1992
Genre Action / Adventure
Players 1
Consult game informations in the MDG-Database
/!\ Articles, walkthroughs and tips are only in french /!\
Ce titre est de part son ambiance, unique. Un univers héroïc-fantasy, qui ne suit pas les canons du genre de plateformes style RPG classique de chevaliers et de dragons. Ici on tombe dans un environnement qui fourmille de créatures des plus étranges, c'est ce bestiaire très développé qui donne cette particularité à Shadow of the Beast. Développé par Psygnosis en 1991 et édité par Electronic Arts en Europe et aux US, ce jeu fait un carton et est très vite développé sur toute les machines existantes en sachant qu’il est sortit à la base sur Amiga 500 et que la version Megadrive en est une adaptation très proche, c’est un véritable succès et le titre emportera même un Tilt d’or pour ses graphismes.

L’histoire vous met dans la peau d'un ancien guerrier au service des Mages de Nécropolis. Vous venez de recouvrez la mémoire qui vous faisait défaut depuis des années. Vous retrouvez des souvenirs difficiles à porter car vous étiez un ancien humain enlevé à ses parents et emmener au Temple pour subir d’atroces expériences dont on ne citera pas la teneur. Resultat : vous êtes une bête extrêmement puissante qui peut arrêter le tranchant d’une hache lancé à pleine vitesse d’un seul coup de poing. Jet Lee n'a qu'à bien se tenir. Maintenant libéré, vous êtes à la recherche de votre ancien maître, le Beast Master, pour lui faire avaler ses seringues ! Oui, car les seringues ça pique et pendant toutes ces années, celles-ci ne vous ont pas donné bonne humeur.

Le design n'y est pas pour rien bien sur ! Développé par Psygnosis, on ressent la patte graphique habituelle de cette équipe qui amadouera des millions de joueurs à chaque instant. Il faut aussi savoir que la version japonaise à subit un remodelage des couleurs et des contours qui rendent le jeu un peu moins sombre, plus agréable mais qui perd un peu de son charme premier.
Ici, l'étrange et le bizarre dominent avec un univers enchanteur dans lequel vous incarnez le "Guerrier des Bêtes" comme le titre l'indique si gentiment. Un chevalier en pagne qui porte une jolie toison moitié mitée, moitié pas lavée et qui est teintée d'une palette de violet très fashion. Il possède cependant un direct du droit dévastateur comme un digne sauvage se doit d'avoir. Au départ vous parcourrez le pays à pieds dans un paysage onirique composé d'une vaste plaine parsemé par quelques forêts aux reflets verdoyants ayant pour fond un décor de montagne. Le tout est rythmé par une musique envoûtante extrêmement bien réalisée composé par David Whittaker qui n’a plus sa réputation à refaire. Une mélodie somptueuse avec des sons synthétiques très troublants qui s'accordent parfaitement avec la dynamique du jeu et son glissement des décors donnant la sensation d'une fausse vitesse. En fait ce monde se rapproche plus d'un univers fantastique que de l'héroïc-fantasy avec un mélange des genres où l'on voit en fond d'écran un dirigeable flotter dans le lointain côtoyant une lune majestueuse. Fantastique car le jeu possède une singularité qui s'inspire des étranges mondes fous de H.P. Lovecraft et il suffit de se promener dans le château pour voir en fond d'écran une mosaïque d'énormes monstres rappelant étrangement les Grands Anciens.

En gros, c'est un jeu de plate-forme où les ennemis se précipitent sur vous au fil de l'aventure et où vous devez éviter des tonnes d'obstacles. Les monstres sont légions et (au nombre de 132 d’après Psygnosis, ce qui est loin d’être un mensonge) rajoutent beaucoup au charme folklorique de la région, et vous pouvez tomber sur un boss des plus imposant posté au coin d’un niveau. Les sprites sont bien réalisées et possèdent leur charme propre, ça peut aller du monstre de base jusqu'à la main géante qui sort de terre pour vous écraser tout en passant par des essaims de guêpes tueuses sans parler des gigantesques boss plus qu’impressionnants. En quelque sorte on tombe dans un univers complètement décalé où on doit passer toute sorte d'épreuves jusqu'a trouver la sortie.

Le principe parait des plus simple mais un problème subsiste. Nous dirons que la difficulté est un peu hors de la porté d'un humain normalement constitué. On finit le premier niveau à force de connaître la disposition des ennemis, le deuxième niveau est particulièrement difficile et vous donnera du fil à retordre. Le troisième...est tout simplement impossible! Je parle de levels mais je devrai les qualifier "d'étapes" car il n'existe pas vraiment de niveaux, le tout forme une immense trame, un seul monde gigantesque où jamais vous ne reprenez de vies entre ces étapes, ce qui est assez embêtant...jusqu’au Beast Master ! Et les phases de boss qui entrecoupent le jeu ne sont pas de la tarte. Ils possèdent une façon d'être vaincus assez épineuse vers la fin. Le jeu est pourtant court mais dur…vraiment balèze ! Pensez au fait que la version Amiga est encore plus ardue et là vous suerez rien qu’en y pensant (celle sur PC Engine est quand même beaucoup plus abordable par exemple, disons que sur Megadrive, ça ne plaisante pas. Ils ont un réputation a tenir et là SEGA c'est bien plus fort que toi :D).

Pour finir un niveau dans lequel des vagues et des vagues d'ennemis vous tombent dessus sans interruption, sans crier gare (les vilains !). Il faut avoir des réflexes fulgurants avec un timing d'enfer car frapper un pixel trop tard entraîne la perte de deux point de puissance ! En effet les ennemis finissent par jaillir de partout mais toujours dans un ordre bien défini. C'est toujours la même chose et finir le niveau revient à connaître la danse à mener. Il faut mémoriser tout les mouvements à faire si l’on veut s’en sortir, et encore...les enchaînements à faire sont eux aussi compliqués au possible car parfois il s'agirait presque de se glisser entre deux monstres pendant leur course endiablée ! Au départ tout va bien, le niveau n'est qu'une immense plaine à suivre jusqu'à la porte d'un arbre creux et là, les choses se corsent réellement car en plus d'éviter les ennemis, il va vous falloir connaître le chemin à prendre. Et comme chemin, il n'en existe qu'un seul donc si vous ne le prenez pas dès le début, c'est perdu d'avance. Ce que j'ai fait en allant à tout prix vers...le château ! Bah oui, un jeu ça se pratique vers la droite pour moi. Il ne me serait pas venu à l'esprit qu'il y avait quelque chose à gauche.
En gros, la difficulté de ce jeu surpasse amplement tout ce qui à été fait jusque là, il ne suffit pas de survivre mais de découvrir des artefacts pour débloquer la suite, une solution du chemin à prendre se révèle indispensable car on se croirait dans les donjons de Phantasy Star II. Au cours de l'aventure vous trouverez d’autres armes que votre éternel poing qui finit par n'être plus d'une grande utilité face à la quantité de monstres. Des armes sans rapport avec le monde bien sur (un relent de steampunk), comme une sorte de grand pistolet qui balance des boules blanches. Tout n'est pas fait pour vous aider on dirait, seul contre tous (pauvre chou :p)...

La version européenne vous permet de subir six coups pour une barre de douze points de puissance et vous vous apercevrez que c'est bien insuffisant, les bonus vous permettant de regagner de la vie sont très très rare et vous finirez plus par les voir comme un messie que comme un simple support d'aide. Le plus atroce est qu'il n'existe pas de système de save ou passwords. Vous devrez donc tout recommencer depuis le début, ce qui en découragera plus d'un.

Décalé est le mot d'ordre du jeu. Le chaos règne au pays des bêtes et vous êtes là pour redresser les torts. Ce jeu est très glauque, j’irai jusqu’à dire que beaucoup de cruauté s’en dégage avec des sujets comme l’esclavage poussé à l’extrême et les manipulations génétiques qui ne vous laisseront pas tout sourire. Pourtant, ce n'est pas déplaisant de courir sur la plaine où vous débutez, surtout qu'un effet de défilement dans le fond du décor et au premier plan (scrollings différentiels) à été rajouté pour donner l'illusion de vitesse. L'ambiance est donc fameuse, vous vous sentez imprégné par cette atmosphère qui pousse votre curiosité à en savoir plus sur ce monde ou même une fusée de feu d'artifice sortie de nulle part peut côtoyer un champ d'oeils géants. La musique comme je le disais est impeccable, elle colle avec le tout et le rend même plus homogène. On sent l'effort pratiqué pour garder une cohésion dans ce délire anachronique. Dommage que ce jeu devienne vite lassant à force de perdre ou parce que l'on ne trouve pas l'ordre de passage à pratiquer pour finir le niveau. Un titre qui en apparence parait fort prometteur mais qui au final découragera bien vite ceux qui ne sont pas très persévérants après une forte résistance. Vous pourrez vous le procurer facilement mais seulement si vous avez des nerfs d'acier et une tendance à adorer les impasses et autre cul de sac irréversible ! N’oubliez pas qu’à l’époque, ce titre faisait l’unanimité et il le mérite. Mais la solution que je vous propose est de vous procurez l'ordre des niveaux à suivre et là, un réel plaisir se révèle.
Graphic
Graphismes extrêmement variés dans leur construction. Des détails rajoutent à chaque coin de donjon une part mystique et occulte à l'ambiance, tout un merveilleux qui vous glace le sang. Les ennemis sont tellement nombreux et si loufoques qu'on se croirait dans quelque cauchemar somptueux. Une pure merveille graphique même si la technique est surpassée sur le support par de nombreux jeu mais le soin accordé au développement d'un univers très proche de celui de Lovecraft est une initiative très louable.
Animation
Basique, au fil des parties il est facile de se rendre compte que vos ennemis ne possèdent pas une seule séquence de mouvements aléatoires, tout est millimétré. Ils sont là pour parcourir la plaine et se jetter sur vous.
Soundtrack
Exceptionnelle. Un vrai délice que de l'entendre.
Gameplay
Très médiocre, votre héros est difficile à manier même si tout ce dont vous aurez besoin est d'avancer et de balancer des centaines de coups de poing. Exit l'envie de sauter et de donner dans la savate, c'est une chose suicidaire. Le gameplay est très rigide ne serait-ce que pour prendre des échelles. Il est impossible de les quitter en cours car le labyrinthe serait chamboulé.
Lifespan
Long car dur, long car sans soluce le voyageur s'épuisera dans la mauvaise direction comme ce fut mon cas pendant très longtemps. Long car impitoyable (pas de vies sup, on se croirait IRL) !
Replay Value
Une fois fini, on y revient comme face à un jeu normalement constitué. Mais bien sûr, il faut déjà le finir ce qui est une autre paire de manche. Sûrement qu'après avoir vu la fin, on prend peur à se relancer dans une telle sauvagerie pour peu qu'il puisse nous opposer une résistance nouvelle.
Interest
Un jeu qui nous résiste donc, mais un jeu somptueux par ses deux grandes qualités, son design particulier et sa bande-son tout aussi étrange. Un monde envoûtant qui s'empare de notre curiosité jusqu'à la fin, haletante. Et quelle fierté que de la finir !
Moyenne de la presse: 77% Moyenne des membres: 67%

Comments

Currently, 3 comment(s)
Nexant @ 05/11/06, 18h23
Avatar de Nexant A l\'époque, la même que Alteread Beast, il m\'arrivait de jouer à ce Beast mais sa difficulté me stopait et sont ambiance me faisait faire déjà des cauchemars.  :(
Mais j\'ai toujours eu envie de le finir...  :/
Eacil @ 30/06/05, 21h50
Avatar de Eacil Disons qu'un livret détaillant l'ordre à suivre des évênenements est fortement recommandé! Sinon c'est bien trop compliqué de s'y repérer et les nerfs vous lachent avec cette grande difficulté qui plus est.
Mais sinon, c'est un jeu qui promet de longues nuits blanches à latter du monstre par centaines!
destiny @ 12/06/05, 23h31
Avatar de destiny Un jeu vraiment génial. La version MD n'est peut être pas celle qui faut conseiller car trop difficile. Dommage !

Add a comment

To post, you have to be a MyGuardiana's member!