Dream-Storming :: SEGA Legacy :: SegaKore :: SEGA GALAXY BOARD ::

Test

Screenshots

 

Who is online?

Partners

Magical Game Factory

Test Puggsy (Mega Drive)



par Eacil
Platform Mega Drive
Developer Traveller's Tales
Year 1993
Genre Platform / Puzzle / Reflexion
Players 1
Consult game informations in the MDG-Database
/!\ Articles, walkthroughs and tips are only in french /!\
« Bienvenue cher auditeur, auditrice dans la chronique martienne des évènements vidéo ludiques loufoques, Mr A. est à l’antenne. Au sommaire : un autre produit de notre représentant sur Terre, Psygnoooosiiiis ! La foule est en délire ! Après tout, Psygnosis est le digne mécène des arts intergalactiques et a à son actif de nombreuse conversion de planètes à ses visions graphiques déjantées.
Puggsy qui est à l’honneur et sur qui nous revenons aujourd’hui 54 vorcotrin 4150 selon le régime universel n’a été qu’édité par notre compagnie préférée, en effet ce jeu sort tout droit des fourneaux de Traveller's Tales qui se feront autrement connaître pour le développement de jeux comme Mickey Mania (1994) ou Sonic 3D Flickie's Island (1996). Il est à noter que ce jeu sortira sur MD mais possédera en même temps d'un portage direct sur MCD ! A quoi devons nous attendre, je vous le demande cher chroniqueur ? Est-ce que vous me recevez ? »
Bzzlit…
« Tout à fait, je vous entends parfaitement Mr A.. Alors, pour répondre franchement à votre question, je commencerais par situer l’histoire. Il est mis en avant un pauvre hère de la station Stardock qui a dérivé hors des routes commerciales à 15 années lumière de sa destination.
- Pas étonnant, c’est un Stardockien, encore une graine de contrebandier, hier encore sur extrachanel j’ai…
- Je ne vous le fais pas dire ! Le pire étant qu’en plus de s’échouer sur cette planète inconnue, il se fait voler son vaisseau ! Il est dans le pétrin notre coco. Ainsi démarre une nouvelle aventure psygnosidélique comme on dit par chez nous. Il va falloir qu’il retrouve son vaisseau aux mains des redoutables gardiens de l’île sans se faire griller, noyer, hacher, transpercer, j’en passe et des meilleures. Au regard de la carte d’interface de départ d’aventure au début de chaque niveau, ça ne va pas être coton. C’est qu’elle est grande cette carte, heureusement un système de mots de passe s’affiche dessus pour la pause amphétamines. Il est temps de se lancer dans une partie… »
Bzzlit…
« Ruhum. Que se passe-t-il cher chroniqueur ? Cela fait 20 plogalest que l’on n’arrive plus à vous entendre, la réception doit être cramée. Il va être temps de changer l’équipement. Encore du travail de Motaglop, ça !
- Ha non Mr A. j’étais simplement en train de tester le jeu. C’est moi qui devais ne pas vous entendre. Toutes mes excuses.
- Passons, passons. Alors, ça donne quoi ? Graphiquement, maniablement, sonorement, sensationnellement. Tout, quoi.
- Je dirais que graphiquement, ce titre reste dans la lignée d’un Psygnosis. Ils ont un sens du visuel artistique qui leur est propre, une sorte de marque de fabrique qu’ils aiment à essayer de développer. Traveller's Tales y est pour quelque chose, ils ont réussit à faire jaillir cette féerie dans Puggsy, un monde à part qui prendra toute sa mesure avec Flink (1994), véritable égérie d’une perfection graphique fantasy que nous ne retrouvons plus aujourd’hui.
- Donc, encore un titre irréprochable esthétiquement ?
- Ce serait se complaire dans l’hypocrisie Mr A., Puggsy est loin d’être vraiment, vraiment beau. Il est agréable, un peu trop enfantin à mon goût, le chara-design serait à refaire en premier s’il fallait rendre le jeu mature. Il n’y a qu’à voir la tronche de ce pauvre Stardockien, ils ne l’ont pas raté.
- Pour sûr, cette allure pataude avec ses antennes me crispe cher chroniqueur. Nous avons les messages des auditeurs avec nous. Je cite : « Son allure doit être à la hauteur de sa maniabilité donnant sans aucun doute une franche impression de lenteur. »
- Elle n’est que toute relative, cette lenteur Mr A. ! Il sait courir notre Stardockien, mais il lui faut son temps et sa piste d’envol. Ce n’est donc qu’un préjugé que cette idée de lourdeur, c’est le personnage qui est lourd, il paraît que c’est génétique chez ces bêtes là.
- Il paraît…
- Il existe des objets comme les chaussures qui permettent d’aller plus vite, de sauter plus haut, un vrai régal. A croire que nous venons de débusquer le fournisseur de Sonic. Et puis la précision est de mise. Et ce, pour un seul objectif, le concept.
- Haaaa, le concept. Nous avons le droit à quoi pour cette chronique oldies ? Des lapins fous ? Des lemmings bêtes comme la lune ? Des…
- Vous ne croyez pas si bien dire. Mais vous vous trompez de productions. Ici, il est question d’ICO.
- Kezaco ?
- Un système d’interaction unique (à l’époque), L’Interaction Complète d’Objet. Puggsy doit être prit pour un puzzle game, rien de moins. Le but est de compléter le niveau en trouvant la porte de sortie. Pour y arriver, il faut jongler entre divers événements, les enclencher, que ce soit « sous forme de commutateurs, de verrous, de cordes, de canons et de milliers d’autres mécanismes » (Cf : notice). Puggsy peut donc interagir avec tous les objets traînant sur la map. Nous avons parlé des baskets mais il existe aussi des lunettes histoire d’être aussi zen que Cool Spot parce que c’est un objet qui rend invincible au premier choc. Ce sont des items utilisables sur soi mais ils ne sont qu’une petite proportion de ce qui s’entasse dans un niveau : ballons, pots de farine, torches, pistolets à balles et à bulles, tabourets, pommes, on tombe vraiment dans le grand guignolesque. Et chaque objet a sa propre particularité, il est régi par un programme d’interaction physique ! Ainsi la masse est à prendre en compte, un ballon va rebondir tandis qu’un poids va tomber pesamment. J’ai une petite précision à faire au niveau de la maniabilité justement.
- Ha, faites, les auditeurs sont scotchés à leur radio préférée. Ils vous écoutent.
- Puggsy peut donc se saisir de ces objets avec ses petits bras, mais en plus, vous pouvez les « mettre à niveau », les faire bouger verticalement par rapport à votre corps en fonction de ce que vous voulez faire de votre objet, le hisser au dessus d’une pile de tabourets ou vous en servir pour balayer le sol. On peut aussi les jeter et le principe d’ICO prend alors toute son ampleur, les objets réagissent donc selon les divers angles qu’ils touchent et leur poids est pris en considération. En comptant sur le fait qu’un objet rentrant dans un autre fait subir un autre mouvement. Faites attention de ne pas mettre la pagaille dans votre structure avec un faux mouvement. Les ventilos sont très présents dans ce jeu car ils permettent beaucoup d’interactions au niveau des mécanismes.
- Nos p’tits gars ont encore frappés.
- L’ICO n’est pas exempt de défauts, il n’est alors pas encore possible de faire réagir les objets conformément à la réalité. Et c’est parfois frustrant de ne pas pouvoir tout faire, disons que l’univers de Puggsy à sa propre physique simplifiée. Mais dans ce cadre restreint c’est déjà suffisant.
- Vous pourriez nous citer un exemple d’évènement à accomplir pour que nous puissions mieux nous faire une idée du tout ?
- Mais bien sûr cher Mr A., prenons un level simple du début tout en brodant autour. Vous devez savoir qu’il n’est pas possible de tuer un ennemi selon le principe de Soniquicité, le toucher c’est mourir en sachant que l’ennemi meurt avec vous. Pour ne pas choquer le joueur enfant ciblé, Psygnosis à préféré censurer le fait que les ennemis se font dynamiter avec notre Stardockien dans une gerbe de viscères et de cervelle. On préfèrera un bruitage rigolo pour conclure le choc, c’est plus politiquement correct.
- C’est compréhensible, Famille Intergalactique veille au maintient de l’intégrité mentale de nos chers chérubins à tentacules.
- Donc, en traversant une horde d’ennemi en les tuant à coup de pistolet ou de fumée de farine - cette dernière façon reste la plus soft -, il va falloir se hisser jusqu’en haut d’un arbre en empilant divers objets, se saisir d’une clef pour ouvrir une porte, il faudra trouver une paire de ciseaux pour couper une corde retenant un boulet à éviter qui cache un autre clef, etc… Les évènements sont assez divers et se renouvellent tout au long de l’aventure ce qui est assez bien. Il faut aimer le principe de casse-tête, ce n’est pas plus compliqué que cela. »
Bzzlit…
« Ce n’est pas la première fois que nous vous perdrons aujourd’hui. Ce jeu est-il aussi prenant que vous le laissez entendre.
- Non, ce n’est pas ça Mr A., je suis tombé dans un cul de sac et je me demandais s’il fallait que je resette la console. Mais j’ai trouvé la manipulation, il suffit de faire pause et d’appuyer simultanément sur les trois boutons de la manette pour revenir à la carte de début de niveau. C’est un point à savoir mais je ne saurais dire s’il est judicieux de permettre dans un jeu un blocage pur et dur, c’est une mort en plus frustrant, sauf qu’en faisant la manipulation, on ne perd pas de vie.
- Il ne nous reste plus beaucoup de place pour cette chronique martienne, passons au son. Est-il de qualité ?
- Rien à signaler de ce côté-là. Matt Furniss et S. Hollingworth n’ont pas signé un chef d’œuvre mais leur BO s’inscrit dans la moyenne. Je veux dire qu’on s’en accommode sans pour autant en retenir les pistes.
- La durée de vie ?
- Très suffisante. Le chemin vers la récupération du vaisseau spatial n’est pas entièrement linéaire. Il peut exister deux portes différentes dans un même niveau. La principale et une plus ou moins cachée ou tout du moins plus inaccessible, cette dernière peut mener à un niveau bonus qui ne s'écarte pas de la résolution d’un niveau normal, il permet d’engranger plus de points. Ces niveaux peuvent tracer une autre voix, une sorte de raccourci qui relie différents points de la carte mais ça se limite à ça. N’empêche que la durée de vie reste plus que sympathique, la difficulté des niveaux est variable, tout dépend du joueur.
- Voila, le temps imparti s’est écoulé. Je vous laisse le mot de la fin avant de passer aux nouvelles méthodes de massage érotiques avec notre envoyée spéciale sur Zorglub.
- Alors, Puggsy reste sympathique sans être indispensable. Ce n’est pas le meilleure des sorties estampillées Psygnosis, et de loin préférez un Flink. Puggsy est tout comme un Lemmings bien que plus linéaire dans sa façon de jouer, un puzzle game à l’échelle d’un jeu de plateformes. Mais comprenez le bien, ce n’est pas un jeu de plateformes, juste un hybride. Le système ICO est bien pensé, les événements à résoudre sont plaisants. J’ai complètement oublié de signaler la présence de 6 boss mais vous vous doutez qu’ils sont plus qu’anecdotiques. Sinon, pour clore se programme audio, pensez à bien suivre les voix spatiales balisées et à faire le plein avant de partir en excursion. En vous souhaitant bon jeu.
Bziziwit.
Avatar de Eacil
Test de Eacil
Graphic
--
Animation
--
Soundtrack
--
Gameplay
--
Lifespan
--
Replay Value
--
Interest
--
Moyenne de la presse: 88% Moyenne des membres: 88%

Comments

Currently, 2 comment(s)
Baffy @ 28/03/11, 01h27
Avatar de Baffy Un jeu excellent avec des graphismes de bonne qualité,
un héros attachant et des musiques vraiment sympathiques.
Les énigmes sont bien pensées et la difficulté est bien dosée,
la durée de vie quant à elle est plus que correcte
avec un bon nombre de lieux à explorer et de niveaux secrets à trouver.
-- Arriverez-vous à découvrir les 51 niveaux du jeu ? --

Bref, un très bon jeu qui vous fera passer un agréable moment !
 ^^
chitane @ 05/09/08, 07h23
Avatar de chitane moi j'arrive pas à le telecharger en version complète je tombe toujours sur une démo!!!!!

Add a comment

To post, you have to be a MyGuardiana's member!